Traverser le Canada en « robot-stop »

Le projet HitchBOT est né de l’idée farfelue de chercheurs ontariens souhaitant susciter la réflexion et la discussion autour des avancées technologiques et de notre perception de la sécurité publique.

Selon David Harris Smith,  le concepteur de l’idée du robot auto-stoppeur, on parle beaucoup de robots et de l’importance grandissante de leur présence dans notre monde hautement technologique; mais pouvons-nous leur faire confiance? Il espère que cette pièce de technologie artistique fera réfléchir les gens tout en retournant la table : est-ce que les robots peuvent faire confiance aux humains? Voilà autant de questions qui seront étudiées grâce au périple d’HitchBOT.

Le robot profitera d’un système de reconnaissance vocale et de moyens d’analyse d’informations qui lui permettront d’avoir des conversations simples avec ses chauffeurs tout au long du parcours transcanadien. HitchBOT pourra même, au besoin, y aller de recherches sur Wikipedia pour alimenter la conversation. Selon David Harris Smith, ceux qui feront monter HitchBOT auront l’impression d’avoir un adolescent hors de contrôle à bord de leur voiture, qui prendra des photos d’eux et qui les mettra sur Facebook.

Même s’il intègre une foule de technologies avancées, HitchBOT sera fait de pièces rudimentaires. Une photo Instagram mise en ligne lundi nous montre que sa tête est faite à partir d’un globe pour préserver la fraîcheur des gâteaux. « Ce sera pour bien protéger les parties de mon cerveau » peut-on lire sur le message. Quant à son corps, c’est un pichet à bière qui lui fera office de torse.

Aux dernières nouvelles, HitchBOT soulignait sur Twitter qu’il en est à l’étape du « projet en cours de complétion. » Le départ est prévu pour le 27 juillet prochain et se fera au Collège d’Art et de Design de la Nouvelle-Écosse. À suivre!

Pour lire l’article

Pour suivre HitchBOT